village historique
Le site archéologique de Deir el-Medina a fait l’objet de fouilles continuelles depuis la première décennie du 19e siècle. Bernardino Drovetti (1776-1852), consul de France en Egypte, Henri Salt (1780-1827) diplomate anglais, tous deux ardents collectionneurs contribuèrent à l’enrichissement des musées du Louvre, du British Museum et de Turin.
En 1831, les officiers qui menèrent l’expédition organisée pour venir chercher l’obélisque de Louxor offerte par Méhémet Ali à la France, se livrèrent à quelques fouilles. C’est ainsi que dans le cirque jouxtant Deir el-Medina ils découvrirent au fond d’un puits le magnifique sarcophage de la prêtresse saïte Ankhnesneferibrâ qui refusé par la France fut acheté par le British Museum.
Sévirent ensuite des aventuriers, G. Belzoni, G. Anastasi que les richesses égyptiennes ne laissèrent pas indifférents. L’archéologue allemand Karl Richard Lepsius (1810-1884) découvrit dès 1845 quelques tombes et les publia dans ses fameux Denkmäler aus Ägypten und Äthiopen. Il rapportera quelques beaux objets pour le musée de Berlin.
A partir de 1845, deux égyptologues français s’attachent à mettre fin aux fouilles clandestines : Auguste Mariette (1821-1881), puis Gaston Maspero (1846-1916). Ce dernier ouvre le 2 février 1886 la tombe inviolée de Sennedjem.
En 1905, la concession du site revient à l’Italie, représentée par Ernesto Schiaparelli qui découvre en 1906 la tombe intacte de Khâ. Emile Baraize de 1909 à 1912 s’intéresse au temple ptolémaïque d’Hathor, puis en 1913 l’allemand Georg Möller effectue quelques fouilles dans le village près du temple, avant qu’en 1917 la concession ne revienne définitivement à l’Institut Français d’Archéologie Orientale du Caire (IFAO). En 1920, Louis Saint-Paul Girard et Charles Kuentz opèrent quelques fouilles sur l’étage supérieur du site, mais c’est Bernard Bruyère (1879-1971) qui est nommé responsable des fouilles en 1922, il ne quittera le site qu’en 1951, son œuvre accomplie.
Toutes ces fouilles officielles ou clandestines enrichirent de milliers d’objets, les musées du monde entier et les collections particulières. Quelques grands musées en possèdent à eux seuls la majorité.

Site en construction

Contactez-moi : 

deirelmedinathesaurus@outlook.com